Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Articles avec #debats tag

De l'Amazonie à l'Essonne

Publié le par Joseph NOUVELLON

Querida Amazonia : l’exhortation apostolique du pape François « au Peuple de Dieu », publiée en février 2020, nous concerne !

Non seulement parce que nous sommes le « Peuple de Dieu », mais aussi parce que, au-delà, ou à côté du problème de l’Amazonie et des déforestations impressionnantes dont elle est l’objet, qui fait notre actualité, et que le pape dénonce, une transposition de ses propos doit être faite en France et en Europe.

Le pape François nous convie à trois démarches.

- Une rencontre interculturelle : « la sauvegarde des valeurs culturelles des groupes indigènes devrait être la préoccupation de tous. »

Il nous invite à développer des relations interculturelles où la diversité ne représente pas une menace, (…), mais signifie un dialogue à partir de visions culturelles différentes concernant les façons de célébrer, d’entrer en relation et de raviver l’espérance.

- Un rêve écologique : « la protection des personnes et celle des écosystèmes sont inséparables. »

- L’inculturation : « l’authentique Tradition de l’Église n’est pas un dépôt statique ni une pièce de musée, mais la racine d’un arbre qui grandit, (…) ; la grâce suppose la culture, et le don de Dieu s’incarne dans la culture de la personne qui le reçoit. »

Notre propre culture est celle d’une modernité qui heurte certaines de nos convictions de chrétiens ; les lois de bio-éthique, qui viennent d’être adoptées par le Parlement français nous interpellent.

Dans son exhortation aux Amazoniens, le pape invite les chrétiens que nous sommes dans « le Peuple de Dieu » à poursuivre cette démarche.

Pour relire Querida Amazonia : http://www.vatican.va/content/francesco/fr/apost_exhortations/documents/papa-francesco_esortazione-ap_20200202_querida-amazonia.html

 

Voir les commentaires

Au sujet de la nouvelle loi de bioéthique

Publié le par Joseph NOUVELLON

Comme toujours, vous pouvez réagir à cet article dans les commentaires.

Prochaine édition aux alentours du 20 juillet.

D'ici là, bel été et bonnes vacances.

« Si la Loi dit le droit, elle ne dit pas le bien. » (Mgr de MOULINS-BEAUFORT)

Votée, la nouvelle loi sur la bioéthique, va s’appliquer à notre société.

Ceci, après trois ans d’études, de débats, de colloques et d’états généraux de consultations de comités d’éthique, du Conseil d’Etat, des spécialistes, des groupes de pression… Des millions d’heures, des milliers de pages, on compte l’intervention de plus de 250 000 personnes. N’est-ce pas un vrai débat ?

Depuis 1994, tous les sept ans le Parlement doit « réviser » les lois de la bioéthique, si possible dans le consensus, pour suivre les avancées scientifiques et l’évolution des comportements et des mentalités. Le tandem des parlementaires désignés : un catho conservateur (X. BRETON) et un franc-maçon ultraprogressiste (J.L. TOURAINE) et , à chaque étape on franchit la frontière dressée par la loi et on « avance »…La nouvelle loi, qui se veut « d’égalité », étend la procréation médicalement assistée (PMA) des couples hétérosexuels aux femmes célibataires ou homosexuelles, autorise le diagnostic préimplantatoire, et, par-dessus le marché une prise en charge de ces opérations par la Sécurité sociale. Et on annonce déjà les étapes à venir, poursuivent le même chemin dans le même sens…Le combat pour les uns, mais le débat pour les autres, continuent…

Les chrétiens qui n’ont pas participé à ces débats, parce qu’ils n’étaient ni compétents, ni représentatifs, qui ne sont, comme vous et moi sans doute, des « citoyens ordinaires », vivent ainsi leur situation de minoritaires dans notre société.

Cri de victoire pour ceux qui considèrent le caractère « égalitaire » de cette Loi ; doute pour beaucoup d’autres…Mgr de MOULINS-BEAUFORT, pour les évêques de France, dit son mot : « Si la Loi dit le droit, elle ne dit pas le bien. »

 

Depuis cinquante ans, des études sont faites par des organismes considérés comme sérieux, qui montreraient que les enfants nés de la PMA bénéficient du même bien-être psychologique que les enfants élevés dans des « familles traditionnelles ». Et la presse fait témoigner ces enfants de 8 ou 10 ans qu’ils vivent dans une famille comme les autres…Alors, tout est-il « bien » ?

Est-il besoin d’être chrétien pour poser des questions sur l’indisponibilité et l’inviolabilité du corps humain, sur le récit généalogiques des origines de ces enfants et la filiation, sur la place du père et même du masculin dans la « famille », sur la « marchandisation » des organes et des corps… ?

Ces questions peuvent alimenter le débat dans notre Eglise et le groupe « GALATES » peut s‘en emparer :

- Qu’est-ce que le « bien » souhaité par nos évêques ?

- Qu’est-ce qu’une « famille » ? Et une « famille chrétienne » ?

- Que deviennent les valeurs de dignité et de fraternité qui sont annoncées comme les bases d’une bioéthique « à la française » ?

- Comment assurer, dans notre nouveau contexte, le respect de la dignité humaine dès le début de la vie et de l’intégrité de l’espèce humaine ?

Ces questions sont posées en tenant pour acquises les dispositions légales actuelles, qui laissent à chacun de nous une totale liberté ; cette liberté est-elle applicable à ceux qui veulent appliquer l’Evangile et les enseignements de notre Eglise ? Ceux qui les transgressent sont-ils en « état de péché »?

Nous pouvons aussi nous saisir de la question que se posent actuellement les évêques américains : faut-il interdire de communion les catholiques qui sont pour l’avortement, pratique contraire à l’enseignement de l’Eglise ? Il s’agit de « la présence réelle » du corps et du sang du Christ dans l’Eucharistie, qu’en France des chrétiens ont débattue à propos des messes en « distanciel ».

Le débat concerne l’Eglise universelle et chacun peut y participer.

Voir les commentaires